Préparation d'une Mx5 pour une journée circuit

Introduction
Comment débuter et ou tourner?
Préparation de la voiture
La voiture en général
L'équipement du pilote
Sur la piste

Introduction

Afin de mieux connaître sa voiture, de mieux cerner son comportement à la limite -et même au delà-, il est judicieux de se rendre au moins une fois sur circuit avec sa voiture. Les stages Centaure ou baptêmes de piste en Porsche 911 sont sympathiques, mais vous n'apprendrez jamais autant qu'au volant de votre voiture. Votre Mx5 n'a pas forcément -même pas du tout en fait...- un comportement identique à celui d'une Clio sur piste plastique détrempée ou celui d'une 911 en pneus slicks.

Ce guide vous donne quelques conseils pour appréhender une journée circuit dans les meilleures conditions, sans pour autant vouloir faire de vous un pilote.
La Mx5, sans être une ultra sportive, est assez bien adaptée à un usage piste: Bon équilibre, ni trop survireuse, ni trop sous-vireuse, au poids contenu, elle est loin d'être ridicule face à plus grosse qu'elle. Seule sa faible puissance la pénalisera dans les longues lignes droites, mais vous vous rattraperez au freinage ou en courbe!
Elle permet de venir par la route, de tourner en s'amusant et en étant efficace, puis de repartir sans encombres.

 

Les Mx5 de la MX5Cup Suisse (Copyright http://www.mx5-cup.ch)

 

 

Comment débuter et ou tourner?

De très nombreux circuits en France proposent des journées "piste ouverte" pour un tarif relativement modique, allant de 60 à 200€ la journée. Toutefois, avant de se lancer dans la bataille, il est judicieux de bien choisir son circuit, ainsi que le public qui va tourner. Evitez autant que possible les journées portes ouvertes ou n'importe qui peut aller tourner, vous risquez de tomber avec des furieux qui seraient prêts à risquer leur vie pour que vous ne passiez pas devant. Essayez plutôt de participer à une sortie ou il y a un bon groupe de Mx5. Vous tournerez avec elles, et serez dans une série homogène sur piste. Fuyez les journées ou tout le monde est mélangé, ça arrive et c'est peu amusant. Imaginez vous en fin de ligne droite, guettant avec anxiété cette monoplace qui vous remonte à vitesse grand V, ainsi que cette Porsche GT3 qui vous fait l'intérieur. C'est stressant, et finalement passer sa journée à guetter dans les rétroviseurs pour voir quel missile va vous doubler n'est pas amusant.

Choisissez aussi votre circuit: certains sont plus dangereux que d'autres, et offrent plus ou moins de dégagements. Evitez la boucle Nord du Nurburgring ou vous êtes dans le rail à la première erreur. Préférez des petits circuits comme Pouilly en Auxois (21). Il est tentant de tourner sur de grands circuits prestigieux (Le Mans, Magny Cours, Spa Francorchamps) mais votre petite Mx5 pourra être à la peine sur ces circuits destinés aux F1.

Pour débuter dans des conditions optimales, n'hésitez pas à votre rapprocher de Clubs spécialisés comme Slick & Stock (http://www.slicketstock.eu/), ou les Gentlemen Drivers (http://www.automobile-sportive.com/pilotage/stage-pilotage.php ), ils proposent des sorties circuits destinées au débutants plusieurs fois par an. C'est un peu plus cher, mais les prestations sont de qualité. Des pistards confirmés viennent avec vous dans votre voiture, vous guident et corrigent vos défauts, vous progresserez très vite et vous vous sentirez plus en confiance pour des sorties futures.

 

Préparation de la voiture

Inutile de se lancer dans des frais inconsidérés, avoir une Mx5 en bon état et à jour dans son entretien suffira pour une première sortie. Vous pourrez être performants en changeant quelques fluides pas forcément adaptés. En le faisant vous même vous pourrez avoir une voiture optimale à moindres frais.
Si jamais ça vous plait et que vous souhaitez continuer, il sera toujours temps d'améliorer la voiture.
Rappellez vous qu'il sera toujours plus efficace -et moins cher- d'améliorer son pilotage plutôt que la voiture. Il se passera quelques journées piste avant que vous ne cerniez complétement la voiture. A partir de là, vous pourrez commencer les frais.

Les composants qui vont être mis à rude épreuve sont le moteur, les freins, les pneus.

Le moteur

Il va travailler à pleine charge pendant plusieurs tours, son bon entretien est primordial. Afin de ne pas l'user prématurément, assurez vous que votre vidange est récente, au maximum moins d'un an. Laissez tomber les huiles standards, il va falloir monter en grade. Le deuxième chiffre indique la viscosité à chaud, plus il est élevé, plus l'huile tiendra la chaleur. La T° de l'huile lors d'une sortie circuit va dépasser les 140°C, autant dire qu'il faudra une huile excellente à chaud! Laissez tomber les huiles de type 10w30 que l'on trouve parfois dans des Mx5, passez à la à la 5W40 ou 10W40 minimum, idéalement 10W50 ou 5w50. Il existe de la 10W60 chez Castrol, mais c'est un peu surdimensionné, à moins de tourner en Mx5Cup tout les Week-End.

Reportez vous à la page sur la vidange pour faire l'opération vous même et choisir votre huile. La 5w50 de chez Carrefour est excellente (en fait il s'agit d'huile Mobil1). Changez aussi le filtre à huile.

Vérifiez aussi que votre filtre à air est propre.

Contrôlez le circuit de refroidissement et n'hésitez pas à purger le liquide en cas de doute sur son âge.

Les freins

Ce sont les freins qui vont le plus souffrir lors d'une journée piste. Assurez vous de l'état de vos plaquettes et de vos disques avant d'aller tourner.
Les plaquettes ne doivent pas être en fin de vie -ou vous allez finir la journée en attaquant le métal-, mais elles ne doivent pas être neuves non plus! Des plaquettes neuves doivent être rodées sur quelques centaines de kilomètres avant de les utiliser au maximum. Si vous montez des plaquettes neuves la veille de tourner, vous allez les surchauffer, la garniture va cuire, on dit alors qu'elles se "glacent". Autant dire qu'elle sont mortes...

De même, les disques de frein ne doivent pas être en limite d'usure, ni présenter de micro fissures ou autres dégâts apparents. Idem, ils devront être rodés correctement.

Un point trop souvent ignoré concernent le liquide de frein. Le frottement des plaquettes sur le disque provoque un énorme dégagement de chaleur, qui va atteindre le liquide de frein et faire augmenter sa température. A partir d'une certaine limite, celui-ci va se mettre en ébullition. Vous allez le remarquer très vite, la pédale de frein va devenir de plus en plus spongieuse, jusqu'à avoir une absence presque totale de freins. Quand vous êtes debout sur la pédale et que la voiture ralentit à peine, ce n'est pas rassurant. Seule solution, ralentir et faire un tour lent pour laisser le temps aux freins de refroidir. Il est toutefois possible de retarder ce phénomène de façon très sensible. Sans aller jusqu'à monter des freins de compétition à base de disques percés et/ou rainurés, mais simplement en changeant le liquide de freins! Au fur et à mesure du temps, celui-ci se charge en humidité, et cette humidité va abaisser le point d'ébullition et favoriser la perte de freinage. Le liquide de frein doit idéalement être purgé tout les ans. Si vous comptez solliciter beaucoup vos freins, ce qui sera le cas lors de votre journée piste, passez à un DOT supérieur. De base, Mazda préconise du DOT3. Vous pouvez largement améliorer la résistance de votre freinage en passant au DOT4, et même mieux au DOT5.1 (Mais pas au DOT5, qui est incompatible avec le circuit de freinage de nos Mx5). Plus le niveau de DOT est élevé, plus votre liquide tiendra la chaleur. Autant dire que si votre voiture à 4 ou 5 ans, que le liquide d'origine n'a jamais été changé, au bout de 2 ou 3 tours vous n'avez plus de freins. Frustrant...

Les pneus

Lors de votre journée circuit, les pneus vont aussi être mis à rude épreuve. Tout comme les freins, les pneus devront être en bon état, sans être neufs (Un pneu doit être rodé pendant environ 200km). Evitez aussi d'aller sur circuit histoire "de finir les pneus", vous risquez de les avoir réellement fini, mais n'oubliez pas que vous allez devoir reprendre la route pour le retour! La maréchaussée appréciera peu que vous rentriez chez vous avec des pneus qui ressembleront à des slicks...
Certains pneus sont plus adaptés que d'autres à un usage, même occasionnel, sur piste. Des pneus "performance" tels que les Toyo T1S ou T1R, Goodyear Eagle F1 se comporteront mieux que des pneus pour berline familiale. Ces derniers ont une gomme plus dure. C'est mieux pour la longévité au quotidien, mais en usage extrême la gomme va s'échauffer très vite et perdre toute son efficacité. Sans compter sur le fait que vous risquez de les détruire par arrachage de la gomme.
Dernier point, s'assurer avant la journée piste que les pressions sont OK. Les pneus vont énormément chauffer, l'idéal est de garder une bonne pression à chaud. A 1.8 à froid, il seront à 2.1 à chaud environ. Le comportement varie selon les pneus, il n'y a pas de règle générale. Toutefois, partir le matin avec les pneus à 1.8 à froid vous permettra d'avoir un comportement neutre. N'hésitez pas à prendre de quoi ajuster la pression dans les stands: petit manomètre précis, pompe à pied, ou compresseur se branchant sur le 12V de l'allume-cigares.

 

La voiture en général

Une fois toutes ces précautions prises, procédez à un nettoyage de l'habitacle. Enlevez toutes les choses superflues (Cartes routières, bouteilles d'eau, lampe torche) qui pourraient se trouver dans les vides poches. En cas d'accident ou de sortie de piste un peu violente, ces objets peuvent se transformer en projectiles dangereux.
Inutile d'investir dans un harnais et des sièges baquets, les ceintures d'origine suffisent amplement, et les sièges offrent un bon maintien. Ceux en cuir peuvent se rélèver un peu glissants, mais rien de dramatique.

 

L'équipement du pilote

Là encore, allez à l'essentiel: inutile d'acheter une combinaison de pilote de F1 "Schumacher-Réplica", des vêtements confortables feront l'affaire. Le seul équipement obligatoire est le casque. Un casque de moto emprunté à un ami motard ira très bien, intégral ou "jet". Pensez aussi à des chaussures légères et confortables, avec une semelle fine (Pour mieux "sentir" les pédales). Oubliez les après-ski. Les petites chaussure style Puma/Sparco sont excellentes.

 

Sur la piste

Gardez à l'esprit qu'une Mx5 n'est pas une voiture de course, et plus vous serez équipé en origine (Amortisseurs, freins, renforts...) plus il faudra garder la tête froide. Evitez de tourner pendant tout la session à 100% des capacités de la voiture. Tout les 3 ou 4 tours, faites un tour lent, histoire de refroidir un peu la mécanique. Mettez vos warnings, et adoptez un rythme beaucoup plus lent que les autres. Ils verront que vous êtes en tour lent. Même chose à la fin de la session, ou avant de rentrer au parking, faites un tour lent pour refroidir la voiture.